Paris, le 1er janvier 2022

Paris, le 1er janvier 2022

Une nouvelle année s’offre à nous, à nouveau remplie d’incertitudes, mais aussi, je l’espère de succès.

Encore une fois, cette nouvelle année risque d’apporter son lot de contraintes liés à la Covid. J’ai déjà regret de vous faire part du report de la conférence sur « Le défi du changement climatique pour la filière pommes de terre fraiches » qui devait se tenir le 12 janvier à partir de 11h00 à La FNCA à Paris. Les conditions sanitaires et les obligations de jauge ne nous permettent pas de tenir cette conférence dans les conditions d’interactivité et de convivialité nécessaires à ce genre d’exercice. Compte tenu de l’importance du sujet pour la filière, cette conférence se tiendra en présentiel, d’ici juin 2022.

Depuis le début de ma présidence les incertitudes sanitaires, et les obligations règlementaires qui y sont associées, n’ont cessé de provoquer des remous, des reports, voire des annulations d’événements. Notre interprofession et notre filière tentent de tout mettre en œuvre pour s’adapter.

Nous avons apprivoisé les outils de communication qui permettent le dialogue avec la filière. Pour la deuxième année consécutive, nous allons devoir tenir notre Assemblée générale ordinaire par visioconférence. Je le regrette car rien ne peut remplacer le présentiel mais nous devons aussi répondre à nos obligations statutaires.

Nous avons aussi renouvelé le site internet www.cnipt.com pour qu’il réponde mieux aux attentes des acteurs de la filière et reflète mieux les activités de l’interprofession. C’est un outil de qualité au service de « notre passion commune, la pomme de terre de nos terroirs ». Et nous avons, durant l’année 2021 expérimenté la création d’un site immersif, très apprécié, pour maintenir le lien avec nos consommateurs privés de Salon International de l’Agriculture www.ceuxquifont.lespommesdeterre.com. Je vous invite à découvrir ces deux sites, si cela n’est pas déjà fait.

En ce début d’année, je formule bien sûr le vœu que le Salon International de l’Agriculture se tienne, du 26 février au 6 mars 2022, dans les meilleures conditions. Les Administrateurs ont souhaité mettre des moyens supplémentaires en lobbying pour la tenue de cette édition pré-électorale. Les messages de la filière doivent passer, le salon est aussi en cela une belle occasion de communiquer sur la réalité économique de notre filière auprès des politiques.

Notre voix de filière doit être entendue dans le concert des informations, revendications, besoins, nécessités exprimées de toutes part par les filières et la société civile lors des débats parlementaires. De nombreuses lois nous concernent et ont des impacts sur nos activités économiques, en particulier celles sur la transition écologique et celles sur les relations commerciales dans le secteur agricole, mais pas que.

Nous avons déployé des efforts importants dans les discussions sur l’application de la loi AGEC. Nos arguments, bien évidemment en faveur de la réduction du plastique dans les emballages mais demandant une adaptation avec des délais réalistes, ont été portés dans les Ministères et auprès des parlementaires. Grâce à cela, nous avons tenté de limiter l’impact économique et technique de l’interdiction des emballages plastiques pour les unités de vente de moins de 1,5Kg. Malgré tout, cette interdiction s’applique dès le 1er janvier 2022 à tous les emballages inférieurs à 1,5Kg, avec la nuance d’une autorisation pour utiliser les emballages existants pendant six mois, ce qui porte l’application définitive réelle au 1er juillet 2022. Les sachets spécialement conditionnés pour être « micro-ondables » ne sont pas concernés (cf FAQ du Ministère lien à mettre idem PdTH du 14 octobre). Les pommes de terre de primeur disposent d’un délai supplémentaire de 2 ans, avant application de cette interdiction.

J’ai d’autres vœux à formuler concernant la législation, en particulier la loi visant à protéger la rémunération des agriculteurs, dite « EGAlim 2 ». Je souhaite que les relations entre les différents maillons de la filière soient apaisées et tournées vers ce que j’appelle la juste répartition de la valeur au sein de la filière.

La création de valeur doit nous animer, tous ensemble, dans un esprit de répartition juste et équilibrée, pour les producteurs, les opérateurs intermédiaires qu’ils soient coopératifs, négociants, courtiers, ainsi que les commerçants détaillants et GMS. Ce n’est que dans cet esprit que la filière se préservera et gagnera. Comprendre les implications pour chacun des maillons de la filière de la loi visant à protéger la rémunération des agriculteurs requiert encore beaucoup d’analyses et d’explications.

Avec les Administrateurs et la Directrice du CNIPT, les avocats et les services des Ministères, nous nous employons à démêler ces implications et à mieux en comprendre les termes. Pour ma part, en tant que Président du CNIPT, je dois me placer à équidistance des intérêts de chacun.

En cette année, j’espère voir aboutir les projets de réforme statutaire que nous avons engagés pour améliorer la fluidité des relations interprofessionnelles suite aux clarifications de gouvernance et budgétaires déjà conduites. Il me semble important d’adapter nos statuts aux réalités actuelles des composantes de notre filière.

Bien sûr, il y a encore tant d’autres projets en cours ou à mener, La baisse de la consommation sur notre marché intérieur est extrêmement préoccupante : elle doit nous mobiliser. La recherche et la communication restent nos priorités pour adapter les conditions de culture aux attentes sociétales et permettre aux consommateurs de disposer de pommes de terre saines et qualitatives.

Je donne rendez-vous aux délégués des associations membres, le 12 janvier, en visioconférence, pour l’Assemblée générale ordinaire.

Je vous présente mes meilleurs Vœux et que 2022 soit pour vous tous une année d’épanouissement personnel et professionnel.

 

Luc Chatelain
Président du CNIPT

01. Atoms / 01. Icons / Newsletter

Pour suivre l'actualité de la filière